Tribunes

Bavardages sur le droit de vote des étrangers

Programmée en 1981, appuyée un temps par Nicolas Sarkozy et récemment abandonnée par le président François Hollande, la question du droit de vote des étrangers n’est toujours pas réglée. Cette mesure, par ailleurs soutenue par de nombreuses organisations telles que « la maison des potes », suscite la polémique parmi ses défenseurs comme ses opposants.
Un sujet riche en débat…et en bavardages…

droit de vote des etrangers

Une extension du corps électoral…pour combattre l’abstention ?

Ce qui est déjà débattu apparaît comme une simple extension du corps électoral (environ 1,5 millions de nouveaux inscrits), après les femmes, les jeunes, les citoyens de la communauté européenne…un phénomène qui semble inéluctable par la comparaison avec d’autres pays européens. Ce qui est vendu comme un progressisme absolu ressemble à une mesure cosmétique pour masquer la crise profonde de la démocratie représentative.
L’abstention est en constante augmentation.
Les raisons sont diverses : « je m’en foutisme »,manque de transparence et de lisibilité du rôle des institutions, choix volontaire et délibéré bien souvent lié à un sentiment de trahison fréquente des promesses électorales. Parmi le reste de votants, on ne compte plus les votes « par opposition » à défaut de voter « par conviction ».
Accorder le droit de vote aux étrangers permettra à ces derniers de participer officiellement à l’abstention massive et au vote par défaut, pour « faire barrage » à quelqu’un…

Un contexte de crise de la démocratie représentative

ddve 2Des enquêtes d’opinion aux discussions de repas de famille, en passant par les marchés, les mêmes paroles se font entendre. Perte de crédibilité des élus, coupure avec la population, corruption, caste, dynastie et carrière, sont autant de critiques qui viennent de manière récurrente à chaque évocation du mot « politique. »
N’évoquons même pas les « chiens de garde » médiatiques qui veillent au maintien du bipartisme, aseptisent les débats idéologiques, ridiculisent et disqualifient d’avance les « petits partis » ou les « petites candidatures ».
L’absence de proportionnelle aux élections pose un véritable frein à la pluralité des opinions et pousse aux arrangements contre-nature. Et il n’y a plus d’ouvriers élus à l’Assemblée Nationale et toujours pas de « caissière de chez Carrefour ».

Ce ressenti de l’état de la démocratie au niveau national se décline à l’échelon local. Le taux de participation aux élections municipales baisse à chaque organisation du scrutin . Et cela, même si le maire et l’élu de proximité sont les plus appréciés et les plus sollicités, bien souvent pour leurs compétences administratives de gestion des affaires de la ville. Les élus locaux ayant de moins en moins moyens (financiers, compétences, intercommunalité…) pour affirmer des choix politiques et donc justifier des différences de listes aux élections, un consensus de gestion est souvent observable entre les différentes composantes politiques d’un conseil municipal (mis à part le fameux rite annuel du « vote contre » du budget par l’opposition). Encadrées par le tribunal administratif, les mairies se montrent de plus en plus « simplement » administratives. Malgré tout l’entretien d’un clivage partisan de façade bloque la participation des habitants aux décisions. Si les étrangers ont le droit de vote, ils auront autant de mal que les nationaux à bouleverser une gestion tranquille et théâtrale des collectivités locales.

Un acte 3 de la décentralisation sans démocratisation ?

Pendant que certains s’écharpent sur le droit de vote des étrangers, se prépare un acte 3 de la décentralisation qui reste occulte et flou sur le renforcement de la participation à la démocratie locale.


La tendance est au renforcement du supra-communal, qui vide de sa substance les délibérations des conseils municipaux (il ne subsiste que : prêt de salle, vœu général, changement de noms de rues, subventions exceptionnelles)…un vide qui peut ironiquement rassurer l’ultra-droite car s’éloigne ainsi les risques de califats islamiques locaux en cas de droit de vote des étrangers…
On attend que « chiens de garde » mobilisent une émission de télé pour expliquer au grand public les débats d’initiés sur l’émergence des métropoles européennes . Au-delà du jugement de valeurs que l’on peut y porter, c’est un profond changement de notre organisation territoriale et du rôle de nos trois collectivités clefs : commune-département-région, qui est cours. Il s’agit pourtant de nos fameuses élections locales. A travers cet exemple on aperçoit bien ce paradoxe entre l’affichage d’une démocratisation et un véritable recul de la proximité. Et pourtant l’élu local, comme le maire, est encore l’élu le plus connu après le Président de la république, devant le parlementaire. Alors que les lieux de décision se réduisent, l’extension du corps électoral peut faire sourire.

ddve 3

« Bavardages politiques de tartuffe »

Pourquoi tant de bavardages ? Sans doute parce qu’il y a moyen de se faire un p’tit bulletin de vote supplémentaire sur un dossier juteux.
D’un côté la « gauche bobo folklorique » qui n’aime l’éternel étranger que pour narguer la droite et se saisir de l’occasion pour paraître « progressiste ». Ce qui ne lui empêche pas de lui vomir dessus dans la vie privée et lui soumettre des tests de laïcité dans la vie publique.
De l’autre, la droite d’affaire usurière qui se saisit du dossier pour soi-disant protéger la Nation, effrayée que « Colombey-les-deux-Eglises ne devienne Colombey-les-deux-Mosquées » mais n’hésite pas à renier le Christ plus de 3 fois en se soumettant à la divinité monétaire Mammon et son empire bancaire.
La palme de la tartufferie reste toutefois à destination de certains maires de gauche qui ont attendu 2008 pour « mettre » des adjoints « issus de l’immigration » dans leurs équipes municipales, bien souvent aux sports, à la jeunesse ou aux « k-rtiers populaires »…(les finances, l’urbanisme, le logement sont des domaines réservés…)
Le plus heureux dans cette affaire, semble être le militant qui tracte sur le marché, il n’aura plus à distinguer qui est « immigré et ne vote pas » du reste du corps électoral.

Vers une démocratie participative et populaire au café du comptoir ?

On peut sincèrement regretter que cette question du droit de vote des étrangers ne soit pas englobée dans une vraie réflexion sur le sens du vote dans notre démocratie représentative. Pourquoi ne pas s’orienter dans une transition vers une démocratie plus populaire et participative s’inspirant des visions sud-américaines ou suisse. Avec plus d’audace la piste du tirage au sort est une solution qui gagne en crédibilité . Ce changement de paradigme aura le mérite de sortir du bavardage de la manipulation électorale. Il faudrait toutefois la mentalité qui va avec; on commence au café du comptoir qui offre plus d’originalité et de bon sens que le débat politique officiel.

Par Ya Al, Le Verbe Populaire

Publicités

8 réflexions sur “Bavardages sur le droit de vote des étrangers

  1. La proportionnelle semble en effet un vote plus représentatif et donc plus démocratique, mais il faudra en accepter le corollaire qui serait la présence d’élus FN au Parlement en plus grand nombre (du déjà vu lors de la dernière élection législative à la proportionnelle en 1986 : pour la première fois 35 élus fachos dans l’hémicycle, à égalité avec le PCF). Quant à l’abandon du droit de vote des étrangers, ce n’est qu’un des énièmes renoncements du gouvernement socialiste, le PS étant habitué à trahir la plupart de ses promesses électorales depuis qu’il a pris goût au pouvoir.

  2. Un fachiste, élu démocratiquement par le peuple souverain est aussi légitime qu’un salarié de la finance ou du lobbie militaro-industriel ?

  3. Je ne vois pas de quel discours dominant vous parlé, ou alors nous n’entendons vraiment pas les mêmes discours ?
    Le discours dominant est qu’il n’y a pas de discours sur ce sujet, il consiste entre autre à ne pas parler de cette proposition passé aux oubliettes. Je n’ai jamais vu d’émission ou de plateau Tv ou nos médiacrates discute de ce sujet … au mieux ils ont font une petite dépêche AFP suite aux gesticulations de quelques associations qui défendent ce projet (et qui mériteraient d’ailleurs de passer à la seconde vitesse comme on su le faire les orgas qui défendent le mariage gay).
    Et dans les cafés, bistro ou dans les diners de famille (de la Gaule profonde et pas dans les grandes métropole métissé), personne n’en parle et tout le monde s’en fout et quand est évoqué le sujet (et c’est rare) c’est pour affirmer un net refus laissant d’ailleurs s’exprimer la même vieille rengaine franco-française qui a peur de tout, de tout le monde et qui voit le danger partout surtout quand c’est des étrangers.
    J’aime beaucoup la notion de « tartuffe » qui est utilisé dans cet article car oui plus que jamais les étrangers et accessoirement leurs enfants sont et resterons à jamais les tartuffes des politiques de ce pays (UMPS qui plus est !).
    En tout cas bravo à l’auteur car le ton de l’article est agréable et plaisant à lire et surtout nous oblige à regarder de plus prêt le projet de loi de Décentralisation.

  4. Je ne vois pas trop l’intérêt du tirage au sort qui participera justement au développement de la démocratie du café du commerce qui n’a jamais fait évolué les peuples, par contre c’est vrai que profiter de ce débat pour repenser notre démocratie avec le renforcement des pouvoirs du parlement, l’instauration d’une – importante- dose de proportionnelle et du renforcement du poid de la société civile et de la possibilité de faire des référendums, parait une très bonne idée!

  5. M. Rigaud vous balayez d’un revers de main le tirage au sort invoquant la médiocrité du peuple. Vous proposez le renforcement d’une société civile autoproclamée et d’un parlement illégitime, donc de fait, des intermédiaires qui tendent à monopoliser le pouvoir. Etes-vous démocrate ou un despote éclairé ?

  6. Pingback: En photos : La conférence débat sur le droit de vote des étrangers | Maison des Potes Grand Lyon

  7. Pingback: Elections Municipales, l’abstention est elle si grave ? | Le Verbe Populaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s