Immigration

La France tu l’aimes ou tu la quittes, chiche !

L’auteur et journaliste américain Amborse Bierce définit l’immigré comme « un individu mal informé qui pense qu’un pays est meilleur qu’un autre. ». En France, la relation qu’entretient « la mère patrie des Lumières » et l’Immigration est comparable à une tragédie romanesque. Souvent passionnelle et déchirée ou l’amour laisse rapidement place à l’incompréhension et au final au divorce. Le problème, comme dans de nombreux couples qui se déchirent, est que les enfants deviennent les victimes collatérales de cette tragédie.

Ma modeste plume est le résultat de recueil de témoignages de personnes qui ont pour ambition de quitter un jour la France. Il convient de préciser que celle-ci aborde principalement le cas d’enfants issus de l’immigration maghrébine et a fortiori de la première et de la seconde génération. Là encore, certains vont sans doute définir ce texte comme particulièrement essentialiste, je réponds que mon récit est partagé par beaucoup de mes camarades, dont le profil est celui de jeunes femmes et hommes issus de quartier dit populaires, souvent diplômés, engagés mais sans velléités politicienne. Ils sont ouverts sur le monde et l’avenir, souvent croyants, parfois pratiquants. Une jeune génération externe au phénomène Marche des Beurs des années 80 mais qui a vécu en direct le 11 septembre 2001. Une génération d’authentiques militants qui assume avec fierté son « arabité » comme les enfants d’Aimé Césaire assumaient leurs « négritude ». Une génération qui en a assez de se faire traité de «communautariste», «d’intégriste» ou autres tartufferies sémantiques parce qu’elle refuse de se soumettre avec docilité à l’establishment installé. Une génération qui ne se retrouve pas dans le « Gangsta Rap mamonique » où le «libéralisme-libertaire» est célébré comme le veau d’or. Une génération qui fait le choix de l’émancipation intellectuelle. Une génération qui désavoue la tutelle des « représentants » et « défenseurs » autoproclamés depuis 30 ans pour combattre des « ennemis » choisis par leurs soins. Bref, celle-ci n’est plus chez elle dans ce pays car les valeurs que sa mère (La France) lui ont inculqué sont très loin de l’authenticité et de la fierté que son père (l’immigré) lui a transmis. Et pour cela, les raisons sont diverses et variées ….

Extrême droite et droite-extrême, « l’idiocratie » au service du « choc des civilisations »

Dans un précédent article sur ce même blog, mon camarade et ami Raf ou Pas dénonçait avec justesse et talent toute l’escroquerie idéologique de l’extrême droite identitaire*.  Ces « nazillons », qui n’hésitent pas à agresser et parfois tuer, prouvent leur incroyable talent à jouer les marionnettes pour une oligarchie afin de plonger le peuple dans la « théorie du choc des civilisations ».  Une division diablement orchestrée pour que les couches populaires ne parviennent pas à s’unir et faire chuter ce système usurier, affairiste et mondialement organisé qui confisquent 90% des richesses de cette terre. En France, la répartition des richesses n’a jamais était aussi inégale et d’un gouvernement à l’autre, nos politiques sont en incapacité de stopper l’hémorragie. A contrario, l’austérité devient catéchisme et la saignée de notre productivité de travail est présentée comme « du sérieux budgétaire ».  Ainsi, nos mini fachos pensent que le problème vient de l’autre, ou plutôt du musulman. Le problème d’un Islam conquérant qui occupe  les logements HLM du gaulois, vole le pain du bon chrétien, viole les vierges à la sortie de la messe et bien d’autres fantasmes d’une simplicité idéologique aussi déconcertante qu’inutile mais malheureusement dangereuse.

marinelepenCette médiocrité intellectuelle n’est pas l’apanage des identitaires néo-païens. Dans un reportage diffusé sur M6 le dimanche 09 Juin dernier en deuxième partie de soirée et intitulé « ils ont voté Front National »*, on découvre les vrais raisons qui ont poussé des milliers de d’électeurs à voter Marine Le Pen. Alors que l’on pensait que le vote FN est d’abord un vote de contestation, on prend vite conscience qu’il est devenu un vrai vote d’adhésion. Le « Front » est devenu le premier parti des ouvriers. Là encore on peut se dire que la crise et la désindustrialisation forcée par les injonctions de la très libérale commission Européenne ont poussé le « bas peuple » à voter pour l’un des rares partis qui s’oppose fermement à cette Europe technocratique … Eh bien non, le kebab et la viande hallal seraient les premières causes ! Extraordinaire Islamisation de la France par la viande et la sauce Harissa ! Pour un autre, la djellaba « ça fait fantôme … et les enfants ont peur des fantômes », quelle subversion ! Pour un troisième, un maire, le village qu’il administre est envahi par les étrangers, sur 175 habitants, il y a …  1 Marocain. Plus que jamais la « chariarisation » de la France est en marche ! Gaulois lève toi et défend ta patrie contre la burqa et la sauce Algérienne ! Pour cela, il y a eu le karcher, aujourd’hui ce sera le bleu marine. Certes, l’humour me permet de relativiser cette idiocratie électorale mais mes pensées accompagnent celles et ceux qui ont été victimes de ces déséquilibrés. Si le débat et l’échange sont nécessaires même avec ceux qui ne pensent pas comme vous, les innombrables agressions comme les deux jeunes filles voilées dans la commune d’Argenteuil* nous obligent à sérieusement soumettre à la réflexion le fait de quitter le bateau France.

 L’antiracisme mondain : une islamophobie assumée

Outre l’escroquerie frontiste, d’autres agitateurs, dans un registre plus pernicieux, participent activement à toute cette mascarade. Ses faussaires, ceinture noire de la laïcité, ont depuis plusieurs années pris possession du pouvoir médiatique et intellectuel pour alimenter une propagande des plus malsaine. Tantôt la cartouche du féminisme, tantôt la biscotte de la laïcité, nos manipulateurs agissent masqués. Ils se couvrent de l’écharpe rouge de la gauche progressiste, se présentent comme antiracistes au monde entier mais en réalité, sont animés d’une extraordinaire haine de l’Islam (notons que nos tartuffes ne reconnaissent pas le terme islamophobie dans leur lexique) et par ricochet du musulman*. S’ils défendent ardemment « l’étranger », ce n’est en réalité que pour narguer la droite car au moindre écart de « l’étranger », un test de laïcité lui sera prescrit et gare à lui (ou elle) si le drap blanc n’est pas entaché de rouge laicarderie !
De Caroline Fourest à Bernard Henri Levy, leur malhonnêteté pourraient être résumé par cette phrase : « on les aime musulman modéré mais on les préférerait modérément musulman ». Que ce soit dans certaines associations ou dans les syndicats aux accointances socialistes prouvées, l’anticléricalisme primaire devient valeur de promotion et au final de jolies indemnités parlementaires sont à pourvoir. Le moindre rebelle interne se fera flageller et taxer d’intégriste et ce alors même que ce dernier rappellera avec bon sens que la laïcité française est d’abord et avant tout un principe permettant de protéger tout le monde et de vivre avec dignité sa croyance comme sa non croyance*.  Face à nos «antiracistes», la mascarade est aujourd’hui mise à nu. Des chercheurs et des intellectuels, authentiquement issu nos quartiers, émergent pour dénoncer avec sincérité cette escroquerie. Malheureusement ces derniers n’ont pas les ouvertures médiatiques pour venir contredire nos faussaires devant un plateau télé sans très rapidement voire la foudre de la calomnie s’abattre sur eux pour ne pas dire l’enclenchement des procédures judiciaires pour les faire taire.
Trente ans après l’émergence des premiers mouvements de lutte contre le racisme et les discriminations, la patience des «grands frères»  n’est pas celle des nouvelles générations. Et si la France reste un grand pays et une large partie de nos compatriotes Français dit «de souche» ne pouvant être assimilé à ce climat délétère, le chômage de masse et la relégation socio-économique poussent de plus en plus de jeunes militants, dépités, à tourner leur regard de l’autre coté de la méditerranée.

L’Afrique, terre de nos ancêtres … et de la croissance à deux chiffres

croissance afrique3,4 % en Tunisie, 4,6% au Maroc, 4,3 % au Sénégal, 15 % en Libye … des chiffres qui font tourner la tête de nos économistes pour ne pas dire écarquiller les yeux des investisseurs. Malgré les clichés, l’Afrique (notamment subsaharienne) a résisté beaucoup mieux que prévu à la crise. La très sérieuse OCDE estime à l’horizon 2015, un taux de croissance moyen de plus de 5 % sur l’ensemble du continent*. Si les disparités restent présentes entre le Nord et le Sud, la richesse du sol, l’émergence d’une classe moyenne éduquée et consommatrice, une politique économique ambitieuse et surtout des bouleversements démocratique, qui ne sont pas sans incidence dans le développement du continent, sont un panel d’atouts qui poussent de jeunes Français d’origine africaine a sérieusement envisager de rentrer au «pays» pour investir et travailler là-bas. Le panorama idyllique mérite néanmoins d’être nuancé car les inégalités de richesse restent prégnantes et la route vers «le bonheur» semée d’embuches surtout si le FMI continue à faire plier les gouvernements pour les mettre au pas du libéralisme sauvage. Cependant, la prise en main du continent par son peuple est de bons augures pour espérer un retour sur «la terre de nos ancêtres».
Outre cet alléchant panorama socio-économique, la perspective d’être dans un pays ou la proximité culturelle et cultuelle sont là encore des bonus non déplaisant. Ne plus devoir se justifier ou être suspecté, vivre avec liberté et dignité sa foi sans devoir mentir ou se cacher.
Pour la Tunisie que je connais bien, l’imaginaire idyllique qui me saisit est celui d’un père de famille assis au café face à la mer, profitant d’un soleil couchant méditerranéen après une journée de labeur. Celui où le plaisir des discussions avec les amis et la famille se voit rompu par la profession de foi sorti de ses différentes bâtisses moyenâgeuses à l’architecture « Ommeyades » et qui voit converger en sa direction des armées d’hommes. Des corps qui s’arrachent de leurs turpitudes futiles de ce bas monde pour leur rappeler avec bienveillance leurs devoirs pieux et ce pour faire face un jour à cette si rude épreuve que sera celle de la solitude tombale …

Par Ouajdon, Le Verbe Populaire

1 « Ratonade ou Lutte des Classes », Par Raf Ou Pas, http://www.maisondespotes69.wordpress.com article du 02/05/2013
2« Ils ont voté Front National », Documentaire société de 110 mn, réalisé par Gislaine Buffard,
3« Une Femme voilée porte plainte après une agression à Argenteuil », Le Monde, article du 13/06/2013
4 « Islamophobie ? », Caroline Fouest et Fiammenta Venner, revue Prochoix, 2003 auxquels lui ont répondu de nombreux auteurs tel que Nacira Guénif-Souilamas dans « Les féministes et le garçon arabe » (L’Aube, 2004), Raphaël Liogier « Le Mythe de l’Islamisation. Essai sur une obsession collective» (Le Seuil, 2012) ou encore Pascal Boniface dans « les intellectuels faussaires » (Pocket, 2011)
5 « http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/d000095-laicite-les-debats-100-ans-apres-la-loi-de-1905/un-principe-republicain
6 http://www.7sur7.cd/index.php?option=com_content&view=article&id=45074:economie-africaine–croissance-a-plus-de-5-en-afrique-subsaharienne-entre-2013-et-2015

Ils Ont Voté Front National, documentaire en entier

Publicités

3 réflexions sur “La France tu l’aimes ou tu la quittes, chiche !

  1. Pingback: WEBPress // 2 | african links

  2. Pingback: La France tu l’aimes ou tu la quittes, chiche ! | Le Verbe Populaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s