Média

Le Front et les chiens de garde : constat amer d’une imposture

 « Quelle folie que de porter un toast à la presse indépendante ! Chacun, ici présent ce soir, sait que la presse indépendante n’existe pas. Vous le savez et je le sais : il n’y a personne parmi vous qui oserait publier ses vraies opinions, et, s’il le faisait, vous savez d’avance qu’elles ne seraient jamais imprimées […]. La fonction d’un journaliste (de New-York) est de détruire la vérité, de mentir radicalement, de pervertir, d’avilir, de ramper devant Mammon et de se vendre lui-même, de vendre son pays et les siens pour son pain quotidien ou, mais c’est la même chose, pour son salaire. Cela, vous le savez et moi aussi : quelle folie alors que de porter un toast à la presse indépendante !

            Nous sommes les ustensiles et les valets d’hommes riches qui commandent derrière les coulisses.

            Nous sommes leurs marionnettes ; ils tirent les ficelles et nous dansons. Notre temps, nos talents, nos possibilités et nos vies sont la propriété de ces hommes. Nous sommes des prostituées intellectuelles. » [1]

     Il semble que l’on puisse définir la manipulation comme étant « une action consistant à orienter la conduite de quelqu’un ou d’un groupe dans le sens qu’on désire et sans qu’ils s’en rendent compte »[2]. Pour Harold Laswell, spécialiste des médias, « à défaut d’avoir recours à la force pour contrôler les populations, on peut parfaitement les contrôler par l’opinion ». Certaines démocraties comme la France, par le biais du système ploutocrate, ont pu à travers les médias dominants mettre en œuvre un pernicieux mais redoutable système de manipulation des masses. Au niveau politique, certains ont su tirer profit de cette perversion des esprits. Parmi les bénéficiaires, un mouvement en particulier est dans le viseur : le Front National.

            Il est vrai que ce dernier aime se victimiser quant au traitement médiatique qui lui est fait et se présenter comme LE parti « antisystème » mais en vérité, l’escroquerie est bien plus profonde que vous ne l’imaginez…

        

  Le syndrome du « pompier pyromane »

            Loin du traitement de l’information objectif et raisonné, le fait divers et le sensationnel occupent une place prépondérante dans le travail de nos chiens de garde, rompant avec les règles de déontologie les plus basiques.

      article ouajdi image 2

  Partout fleurissent des émissions choc dans lesquelles nos « courageux » journalistes partent en immersion avec les forces de l’ordre pour des expéditions en banlieue afin de  « traquer » la délinquance. Des trafics de drogue à l’islamisme rampant, les mythiques « Droit de savoir » ou « Enquête exclusive »[3] nous présentent certains territoires comme de véritables jungles et zones de non-droit. De l’autre côté de l’écran, le bougre gaulois de la Lozère, assis sur son canapé, transpire, effrayé par le sentiment d’insécurité qui l’anime, symptôme d’une France qui a peur. L’électrochoc du 21 Avril 2002 et la présence de Jean-Marie Le Pen au second tour, fruit d’une campagne médiatique orchestrée pendant des mois sur l’insécurité, ne poussera pas les journalistes à se remettre en question. Au contraire, la montée en puissance de Nicolas Sarkozy (l’homme politique qui aura le mieux compris l’épisode de la présidentielle 2002) et son discours droitier et décomplexé vont engendrer la naissance d’une nouvelle espèce de chiens de garde.

            Omniscients et arrogants, les éditorialistes fleurissent comme poussent les chaînes d’information continue. Ils ont un avis sur tout mais en réalité ne connaissent rien. D’Eric Zemmour à Christophe Barbier en passant par Elisabeth Levy, ces relais du discours frontiste font l’opinion. La perversité de leurs agissements est terrible de cynisme et se voit accompagnée par les fameux sondages qui guident leurs discours populistes et parfois même l’agenda législatif. Nostalgique d’une France conquérante et colonialiste, ils participent à ce que l’on appellera la lepénisation des esprits. Croyant être les porte-paroles d’une France populaire qui “souffre de son remplacement de population”, ces chiens de garde ne peuvent pourtant pas juger de la situation du haut de leurs magnifiques appartements du 16ème arrondissement de Paris ou des plateaux de télévision.

            La palme de l’arnaque revient quand même à Canal Plus et à Libération, qui, sans s’en rendre compte (ou pas), font dangereusement monter les crispations identitaires. Tandis qu’ils arborent le bouclier d’un pseudo progressisme mondain, l’éternel immigré, lui, n’est sympathique à leurs yeux que sous le prisme folklorique du football, du zouk et du thé à la menthe. Tout en gesticulant sur tous les plateaux pour rappeler leur « attachement au vivre-ensemble » , ils n’ont bizarrement aucune difficulté à s’essuyer les pieds sur ces perpétuels paillassons que sont les musulmans.

            Finalité 10 ans plus tard : le Front est en train de devenir le premier parti de France. Bravo à nos faussaires !

        

  De la censure à l’omniprésence

            Le choc bancaire de 2008 et la crise qui s’en est suivie ont obligé nos médias à édulcorer le traitement de l’actualité pour parler d’autre chose que de l’insécurité et de l’immigration. L’arrogance et la cupidité du golden-boy des années 1990 vont remettre en question le modèle capitaliste, modèle que nos chaînes télévisuelles auront valorisé en donnant aux multinationales du « temps de cerveau disponible »[4]. Nonobstant la médiocrité et la bêtise ambiante qui s’installent sur nos écrans à travers la télé-réalité, ce sont surtout le FN et ses nouveaux visages qui s’installent durablement sur le PAF, faisant fi de la censure de l’époque du paternel. Le Front et son discours sont les bienvenus partout. Il convient de préciser que le FN n’étant pas interdit, la pluralité des opinions et des sensibilités politiques se doit d’être présente sur les médias. Nulle velléité de censure de ma part. Néanmoins, on peut s’interroger sur le traitement différencié opéré. Pourquoi Marine et ses sbires sont-ils omniprésents sur les médias à la différence d’autres petites formations ? Je vous laisse le soin d’y réfléchir.

            À cela s’ajoute un rapport plus qu’ambivalent entre les médias et le Front. Les premiers présentant le FN comme étant anti-républicain et usant facilement de l’anathème à son endroit mais qui à l’inverse suivent docilement les thématiques de ce dernier. Un Front qui a su surtout imposer l’agenda médiatico-politique pour in fine occuper une place de choix dans la paysage médiatique. Accompagnant la poussée et la droitisation des esprits : la racialisation des faits-divers, l’usage galvaudé de la laïcité, le manque absolu de déontologie quant au traitement de l’actualité et l’imposture de nos journalistes font monter la vague bleue Marine tel un tsunami qui risque de noyer la république.

            A contrario, les web-médias alternatifs et les blogs citoyens essayent, avec sincérité, de dénoncer cette mascarade qui devient de plus en plus visible et inacceptable pour le quidam. Un quidam qui ne manquera pas de s’interroger sur l’ambiguïté de la relation qu’entretiennent les médias et le FN. Mais d’ici là, peut-être avez-vous déjà fait preuve de discernement en éteignant votre télévision pour lire ce modeste billet…


[1]                  John Swinton, rédacteur en chef du New York Times, discours d’adieu à ses collègues au cours d’un banquet en son honneur à l’American Press Association, 1914.

[2]             Définition du dictionnaire Larousse, 2013.

[3]                  Voir le site Acrimed, article de Blaise Magnin et Henri Maler, 14/10/2013,  http://www.acrimed.org/article4159.html.

[4]                  Voir l’excellent documentaire : « Le Temps de Cerveau disponible », 2010, réalisé et écrit par Christopher Nick.

Par Ouajdon, Le Verbe Populaire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s